Mariage pour tous : l’incompréhension

 

Mariage pour tous : l'incompréhension dans Droit et économie mariage-pour-tous-12-300x186

Samedi 18 mai 2013, François Hollande a promulgué la loi autorisant le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels. Le vote s’est effectué au terme de 185 heures de débats au Parlement[1]. Débats souvent intenses, parfois houleux et épisodiquement violents. Cette loi, qui s’inscrit dans la lignée de celles dépénalisant l’homosexualité et créant le PACS, respectivement promulguées en 1982 et 1999 ne s’est pas, elle non plus, faite sans douleur. La longueur et l’intensité des débats tant sur la scène politique que médiatique ainsi que l’ampleur de la mobilisation en attestent.

Il ne s’agira pas ici de rappeler, et encore moins de commenter les arguments de chacun. L’objectif sera plutôt, à la suite d’entretiens avec des personnes aux opinions divergentes sur le sujet, de tenter de procéder à un humble état des lieux. La question se pose en effet de savoir si la discussion entre les opposants et les partisans est encore possible, ce que semble traduire ce débat et ses conséquences.

Lorsque l’on interroge des défenseurs de la loi du mariage pour tous, il est assez frappant de  constater que ce mouvement a lui aussi connu ses « primo » militants. Des personnes qui n’étaient à priori peu voire pas politisées. Elles ne s’étaient de surcroît pas réellement engagées pour la cause homosexuelle avant que cette dernière ne prenne une place de choix dans le débat public et les médias. Nombre d’entre eux ont agi en réaction à ce débat dont ils avaient sous-estimé l’ampleur.

Ce fut par exemple le cas de Juliette, jeune étudiante en psychologie. Elle explique ce trop-plein d’optimisme par la présence de certains indicateurs qui semblaient montrer que « les français étaient prêts »[2]. Surprise par autant de violence, souvent injustifiée et produite par des personnes « qui ne savent pas de quoi elles parlent » et outrée que ces même personnes « utilisent des enfants qui n’avaient rien à faire là », la jeune femme est alors elle aussi descendue dans la rue.

Loic Graber, militant au Parti Socialiste, a quant à lui été choqué que le débat ait autant « dérapé ». Les députés n’en sont selon lui pas sortis grandis, surtout ceux de l’opposition par leurs invectives et leurs comportements violents. Mais ce qui l’a le plus interpellé, c’est «  ce qu’il s’est passé dans la rue ». Respectueux du droit de manifestation et d’opposition, il condamne fermement les « débordements systématiques, inhérents aux ¨manifs pour tous¨ ». Enfin, comme un grand nombre de défenseurs de la réforme, il dénonce la part trop importante laissée par les médias aux opposants au projet et la « parade » organisée par le gouvernement. L’engagement n°31, bien que mené à terme, semble troubler ses partisans de la manière dont il l’a été. Ces derniers ne se sont sentis ni protégés, ni soutenus.

Bien que le mouvement soutenant la loi ait connu une mobilisation moins importante en terme de personnes et de moyens que celui des opposants, il a lui aussi connu un durcissement. Peu à peu, la peur et l’angoisse ont envahi le mouvement, finissant par le radicaliser. Dès lors, le débat n’a plus semblé possible entre les deux camps.

 Les opposants au ¨mariage pour tous¨ se sont eux aussi déclarés offensés au cours du débat. Contribuant ainsi à l’escalade de violence, autant physique que verbale autour de ce dernier. Un témoignage pourrait illustrer cela, celui de Bastien Joint, jeune militant UMP. Très impliqué dans le mouvement de la « manif pour tous » il se déclare « offusqué et insulté ». Interrogé sur la souffrance qu’ont pu ressentir les homosexuels au cours de ces cinq mois de mobilisation, il exprime sa propre souffrance, celle d’être assimilé à des extrémistes. Selon lui, il faut faire la distinction entre le mouvement de « la Manif pour tous » et les autres manifestations s’opposant également à la loi. Il accuse par ailleurs, lors des manifestations, François Hollande de « gazer des enfants ».

 

A l’heure actuelle cette montée d’agressivité de part et d’autre rend toute discussion impossible. La cassure est faite et le gouvernement paraît critiqué de toute part, notamment pour son incapacité à faire baisser le débat en intensité. Pour preuve, certains sympathisants de droite qui n’étaient pas particulièrement contre le projet, ont fini eux aussi par s’y opposer radicalement. Rejetant ainsi la méthode selon eux « antidémocratique » avec laquelle le projet aurait été « imposé à un moment peu opportun ».

 

Ce débat laisse des marques et des interrogations. Les opposants au mariage pour tous veulent que leur mouvement continue et prenne de l’ampleur. Bien qu’adoubée par le Conseil Constitutionnel et promulguée, la loi ne fera pas cesser le mouvement. En effet, pour une réforme d’ordre sociétale, en l’absence de référendum, ils jugent celle-ci illégitime. Alors que dans le même temps, certains pensent que la loi va simplement rentrer dans les mœurs.

Enfin, si les enfants ont été le sujet cristallisant toutes les tensions, la majorité des partisans du projet restent très inquiets quant à l’impact que le débat a eu et aura, sur eux. Loic se déclare par exemple satisfait du fait que cet engagement soit tenu mais déplore que le débat ait libéré une certaine parole homophobe. Cela engendré une dégradation des efforts de pédagogie fait par les associations, notamment au sein des écoles, pour lutter contre l’homophobie.

Même si cette loi ouvre de nouveaux droits, elle a aussi mis à nu une « fracture sociale » et  elle semble devoir être accompagnée d’efforts pour panser les blessures qu’elle a ouverte dans le même temps.

BUISSON Katia.


[1]In . http://www.lemonde.fr/a-la-une/infographie/2013/04/23/les-chifffres-cle-du-mariage-pour-tous_3164967_3208.html

 

[2]Pour exemple, un sondage Ifop pour le Journal du dimanche, publié le 12 décembre 2012 dévoilait que 60% seraient pour le mariage pour tous.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

somenews |
droguesetartistes |
pretezloreille |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sictameunsahutchinson
| fomacif
| uslive